06/12/2016

Cyanure, Camilla Läckberg




Résumé : À l'approche des fêtes de Noël, le policier Martin Molin accompagne sa petite amie Lisette pour rencontrer sa famille sur une île proche de Fjällbacka. Au cours du repas, Ruben, le richissime grand-père, meurt subitement. À cause d'une interminable tempête de neige qui les empêche de regagner la terre ferme, Martin est alors contraint de s'occuper de l'enquête. 

Mon avis : En panne de lecture ces derniers temps, j'avais besoin d'un roman court et sans prise de tête. C'est pour cela que Cyanure et ses 155 pages m'ont fait de l’œil du haut de l'étagère où il avait élu domicile depuis...3 ans. Bien décidée à l'en sortir, j'ai été charmée par le parfum de huis clos qui fait écho aux nouvelles d'Agatha Christie mais j'ai vite déchanté en me rendant compte que ce n'était qu'une pâle copie... Je pense que la taille du roman et le style d'écriture jouent beaucoup sur ce point. Pour contrebalancer le nombre réduit de pages, j'attends en général de l'auteur une plume marquante et efficace, ce que je n'ai pas du tout retrouvé dans Cyanure. Si l'idée du huis clos était intelligente à l'origine, elle non plus n'a pas du tout provoqué l'effet que j'attendais. Je n'ai pas ressenti la peur des personnages, la hantise d'être accusé à tort ni même la suspicion entre les membres de la famille. Les ficelles de l'intrigue sont bien trop voyantes et l'enquête, dirigée par un policier qui manque de bon sens et se cantonne à interroger succinctement les suspects, manque de dynamisme. Pour être honnête, j'ai trouvé ce roman complètement déconnecté de la réalité. Comme si, alors que notre grand-père avait été tué et que le tueur était forcément un membre de notre famille, qui plus est coincé avec nous dans la même maison, on allait manger copieusement, lire un livre et même faire la sieste ! Désolée Camilla mais sur ce point, je ne te suis pas. Voilà un roman que j'ai lu en une après-midi, qui est agréable sur l'instant mais qui ne va pas me rester en mémoire très longtemps. 

Prix : 7€ 

Points positifs :
* Une idée de base prometteuse

Points négatifs : 
* Le manque de dynamisme de l'intrigue
* Des personnages et une enquête pas assez travaillées 

05/11/2016

L'épopée du perroquet, Kerry Reichs


Résumé : Maeve, 25 ans, vient de perdre son emploi. Bien décidés à lui faire prendre conscience du sens des responsabilités, ses parents lui coupent les vivres. Il ne lui en faut pas plus pour partir à l'aventure, avec son fidèle perroquet Oliver afin de prouver qu'elle est capable de se prendre en main. Son but ? Commencer une nouvelle vie à Los Angeles. C'est sans compter sur sa malchance légendaire... Sa voiture tombe en panne dans une petite ville au fin fond de l'Arizona. Pourtant, Coin-Perdu recèle bien des merveilles qui vont bousculer ses projets...

Mon avis : C'est sûrement grâce à son titre décalé et à sa couverture colorée que ce roman a rejoint les étagères de ma bibliothèque. J'avais besoin de ce que j'appelle "une lecture sans prise de tête" et j'ai choisi le bon livre. Au départ, j'ai eu un peu peur d'être confrontée à une trentenaire excentrique qui décide de tout plaquer pour mener une vie oisive mais Maeve est à des années lumières de ce cliché. Ce sont d'ailleurs les personnages qui constituent, à mes yeux, la force du roman car si l'auteur n'a pas une plume extraordinaire, elle est néanmoins très habile lorsqu'il s'agit de créer des personnages attachants et plein d'humour. L'histoire de Maeve est particulièrement bouleversante et la voir prendre son envol, assumer ses responsabilités et faire face à tant de changements dégage une joie de vivre des plus contagieuses. Impossible pour autant de voler la vedette à Oliver, son fidèle compagnon de voyage, qui m'a fait sourire plus d'une fois. C'est certain qu'avec ce roman, Kerry Reichs m'a séduite et rejoint le rang des auteurs que je conseille de lire en cas de coup de mou.

Prix : 8.20€

Points positifs :
* L'effort de recherche de l'auteur pour organiser le voyage de Maeve
* Des personnages attachants
* Un roman plein d'humour

Points négatifs :
* Des passages parfois peu dynamiques
* Un style d'écriture banal

01/10/2016

L'écume des jours, Boris Vian


Résumé : Colin est un jeune homme élégant, fortuné et qui n'a qu'un seul souhait : tomber amoureux. Ce sera chose faite lorsqu'il rencontrera sa future épouse, Chloé, lors d'une fête où ils auront l'occasion de danser le biglemoi. Son ami, Chick, collectionneur passionné (et très dépensier) vouant un culte au célèbre philosophe Jean-Sol Partre, est en couple avec Alise. L'avenir de ces quatre camarades semble radieux, jusqu'au jour où Chloé tombe malade...

Mon avis : Qui ne connaît pas le célèbre roman de Boris Vian, ou du moins, pour les plus jeunes, son adaptation au cinéma par Michel Gondry ? J'avoue que je n'en connaissais que le titre sans même soupçonner ce que je pourrais trouver à l'intérieur et il est vrai que j'ai été surprise. J'associais ce roman à une histoire d'amour classique et j'en étais bien loin. L’Écume des jours est un roman inclassable qui mêle réel et folie : réel pour l'amour qui est présent du début jusqu'à la fin et fou pour les personnages et leur environnement. Comment ne pas être fan des nombreuses références au jazz et du pianocktail, ce fameux piano qui crée des cocktails différents en fonction du morceau joué ? Comment ne pas être sensible à la métaphore du nénuphar ? Mais aussi, comment ne pas sourire quand entrent en scène le célèbre Jean-Sol Partre et Chick, son plus fidèle admirateur ? Boris Vian était d'une imagination débordante et décalée au plus grand plaisir des lecteurs comme moi qui aiment être surpris. Au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, il se représentait déjà la société de surconsommation dans laquelle nous vivons aujourd'hui et la dépendance à l'argent voire le fanatisme. Ses personnages ont chacun leurs propres particularités et même lorsqu'ils sont accablés par le drame, il en reste toujours une pointe d'humour. Bref, un roman avant-gardiste, certes un peu loufoque mais dynamique, qui a le mérite d'être lu ! 

Prix : 6.90€

Points positifs :
* La réflexion sur la surconsommation et la place de l'argent
* Des personnages atypiques
* L'imagination de l'auteur

Points négatifs :
* Un côté décalé qui peut parfois perdre le lecteur

08/09/2016

Des fauves et des hommes, Patrick Graham


Résumé : Plongeon dans les Etats-Unis de la Grande Dépression. Des milliers de familles ruinées prennent la route pour essayer de tenter leur chance ailleurs. Sidney Clifford, un métayer noir, a lui aussi subi cet exode et décide de se venger en tuant le responsable de sa perte : un directeur de banque. Après avoir commis son crime, il emporte avec lui des documents confidentiels que sa victime était chargée de délivrer à la Mafia. C'est lors de cette fuite mouvementée qu'il va prendre sous son aile Carson, une jeune adolescente rescapée du massacre de sa famille. Tous deux traqués comme des animaux, ils vont parcourir le pays en rêvant d'une fin idyllique...

Mon avis : Attention, coup de cœur ! Je n'avais jamais entendu parler de ce roman ni même de son auteur et c'est sa jolie couverture qui m'a fait les yeux doux sur les rayonnages de la Fnac. J'ai dévoré ce pavé de plus de 600 pages en quelques jours tant l'auteur m'a donné envie de suivre les aventures de Sidney et Carson. Ces deux personnages sont attachants et le fait qu'ils oscillent entre amitié et amour sans que Patrick Graham donne une réponse claire à ce sujet rend cette relation intrigante. J'ai également apprécié ce duo car ils nous donnent une véritable leçon de courage : bien que l'histoire soit quelque peu rocambolesque et qu'il y ait peu de risque que cela vous arrive un jour, Sidney et Carson constituent l'image même de la détermination, prêts à tout pour parvenir à leurs buts et revendiquer leurs idéaux même lorsqu'il était plus simple de les abandonner. Le contexte historique est aussi très intéressant. On sent bien que l'auteur s'est documenté sur le sujet et qu'il le maîtrise parfaitement. Cette histoire reste néanmoins particulière car au fond, elle est très belle : pour le duo de personnages, les rencontres au cours de leur voyage et la solidarité qui se crée autour d'eux. Mais elle est ponctuée par de nombreux actes de violence voire même de barbarie, ce qui, pour moi, est un point positif et donne une certaine force au roman. Je conseille donc aux âmes sensibles de s'abstenir car certaines scènes sont particulièrement sanglantes. Pour les autres, je vous invite vivement à découvrir ce thriller poignant qui vous tiendra en haleine de bout en bout. Une pure merveille !

Prix : 8.50€

Points positifs :
* Les valeurs transmises
* Le contexte historique
* Un duo attachant

Points négatifs :
* Des scènes très violentes qui peuvent déplaire à certains

04/09/2016

L'homme qui voulait être heureux, Laurent Gounelle


Résumé : Lors de ses vacances à Bali, un professeur décide de rencontrer un vieux guérisseur qui lui a été chaudement recommandé en raison de sa grande réputation. Ce vacancier est pourtant en parfaite santé mais le diagnostic est clair : il n'est pas heureux. Le vieux sage met alors en place une thérapie composée de multiples expériences à réaliser et dont l'ultime étape est le but suprême d'un grand nombre d'entre nous : la découverte de soi. Alors, êtes-vous vraiment heureux ?

Mon avis : Après trois ans d'existence de ce blog, le thème du développement personnel vient enfin s'introduire dans mes étagères et je me demande pourquoi je ne l'ai pas fait plus tôt. En effet, je me suis toujours beaucoup intéressée à ce thème mais je n'ai jamais réussi à choisir un livre parmi la multitude qui existe à ce sujet. L'homme qui voulait être heureux se distingue par le fait qu'il s'agit d'un récit semblable à un roman. On y trouve donc une philosophie de vie qui est transmise à l'aide d'un riche dialogue entre le guérisseur et son patient, ce qui est bien plus digeste qu'un pavé sur la confiance en soi, mais par conséquent moins approfondi. D'ailleurs, j'ai beaucoup apprécié le personnage du guérisseur qui fait tout l'intérêt du récit. J'ai été émerveillée par sa sagesse et sa capacité à toujours trouver le mot juste pour identifier un problème. Sa vision de la vie est celle que chacun d'entre nous devrait adopter et elle m'a donné beaucoup de motivation pour travailler sur la mienne, notamment grâce aux nombreuses études auxquelles il fait référence et qui sont une véritable source de réflexion. Certains lecteurs ont été déçus de ne pas s'être plus attachés au second personnage, le professeur. Au contraire, j'ai aimé le fait de ne pas trop en savoir à son sujet, car cela m'a permis plus facilement de me prendre au jeu et de me mettre à sa place. En définitive, si je devais résumer ce livre en trois mots, je choisirais les suivants : découverte, réflexion, enrichissement. Vous l'avez compris : j'ai adoré.

Prix : 6,30€

Points positifs :
* Un livre de développement personnel romancé
* Les références à des études scientifiques
* Le personnage du guérisseur

Points négatifs :
* Un livre court et pas aussi approfondi que certains autres livres sur le sujet

24/08/2016

Tokyo, Mo Hayder



Résumé : Dans les années 90, une jeune britannique du nom de Grey s'installe à Tokyo sans argent ni bagages. Elle y rencontre Jason dans un parc, le personnage clé de son périple puisque celui-ci va lui trouver un toit et un emploi en tant qu'hôtesse dans un club privé.  C'est d'ailleurs à cette occasion qu'elle va croiser le chemin de la mafia, notamment de leur chef Monsieur Fuyuki. Mais son voyage n'est pas sans but : elle s'est promis de retrouver un film dont l'existence est contestée. Il montre une scène violente datant de la guerre entre la Chine et le Japon. Une seule personne peut l'aider : le seul survivant, Shi Chongming.

Mon avis : Nouvelle escale en Asie après la découverte de Stupeur et tremblements d'Amélie Nothomb mais ici, l'ambiance est réellement différente. Pour une première entrée dans le monde de Mo Hayder, je peux vous confirmer qu'elle mérite amplement le titre de "Reine du glauque". Elle maîtrise parfaitement l'art de créer des personnages décalés pour mettre mal à l'aise son lecteur. Tous ont leurs propres mystères et secrets et contribuent grandement à l'atmosphère étouffante du roman. Mo Hayder est d'ailleurs tout aussi douée pour tisser une toile de fond terrifiante. En effet, le roman s'articule autour de deux histoires : d'une part, celle de Grey dans les années 90 et d'autre part, celle de Shi Chongming et sa famille pendant la guerre opposant la Chine et le Japon. Deux histoires à priori différentes mais qui pourtant vont s'entremêler pour former un thriller historique sombre et dérangeant et s'achever par une fin explosive. Âmes sensibles s'abstenir, mais pour les lecteurs passionnés par cette partie du globe ou tout simplement avides d'histoires atypiques, foncez !

Prix : 7.40€

Points positifs :
* L'enchevêtrement de deux histoires
* Des personnages atypiques
* Le contexte historique

Points négatifs :
* De nombreux passages choquants 

20/08/2016

Docteur Sleep, Stephen King



Résumé : Danny Torrance n'est plus le petit garçon du temps de l'Hôtel Overlook. Il a bien grandi et est désormais aide-soignant dans un hospice. C'est dans ce cadre qu'il exerce son don pour apaiser les mourants. Voilà pourquoi il se fait appeler Docteur Sleep. Grâce à cette nouvelle vie, il croyait être bien loin des démons de son enfance mais sa rencontre avec la jeune Abra Stone va changer sa vie à jamais.

Mon avis : Ce roman étant la suite de Shining, je vous invite à lire ma précédente chronique qui se trouve ici. Celle-ci sera d'ailleurs un peu répétitive puisque j'ai également adoré ce second tome et ce, pour les mêmes raisons : le don de Danny et l'intrigue qui s'y rattache, l'atmosphère du roman et la qualité des personnages. Je soulignerai tout de même deux nouveautés. La première, bien entendu, est l'âge de Danny. Trente ans plus tard, il a bien changé et comme vous le savez peut-être déjà, j'aime beaucoup suivre les évolutions d'un personnage qui me tient à cœur. À la fin de Shining, je me suis demandée si Danny deviendrait comme son père et Stephen King a parfaitement répondu à mes interrogations dans Docteur Sleep. La seconde nouveauté est l'entrée en scène d'Abra : une jeune fille qui m'a fait penser à Danny, comme si elle remplaçait le rôle du petit garçon qu'il jouait dans le tome précédent. Son personnage est tout aussi attachant et bien travaillé. Se développent autour d'elle une autre intrigue, cette fois-ci plus sanglante que psychologique, de nouvelles péripéties et pour le plus grand plaisir du lecteur, une multitude d'émotions qui achèvent avec brio l'histoire de Danny. J'ai déjà hâte de replonger dans l'univers de King.

Prix : 8.99€

Points positifs :
* L'intrigue créée autour du don de Danny et Abra
* Des personnages attachants et bien travaillés
* L'atmosphère du roman

Points négatifs :
* Quelques longueurs

10/08/2016

Le silence de la pluie, Luiz Alfredo Garcia-Roza




Résumé : Dans le parking sous-terrain d'une grande entreprise de Rio, Ricardo Carvalho, un jeune cadre, est découvert mort dans sa berline. Meurtre ou suicide ? C'est l'inspecteur Espinosa qui est chargé de l'enquête et il va vite découvrir qu'elle n'est pas des plus simples : le défunt avait souscrit une assurance-vie au profit de sa belle épouse qui elle, fréquente un professeur d'université du nom de Julio. S'en suit alors la disparition de Rose, la secrétaire de Ricardo. Le policier se lance alors dans des recherches tumultueuses et, de nature penseur et romantique, emprunte des chemins qui ne sont pas toujours les bons...

Mon avis : Quoi de plus naturel en cette période des Jeux Olympiques de s'envoler pour Rio afin de découvrir la littérature brésilienne ! C'est dans ce cadre atypique que le lecteur suit les pas d'un personnage lui aussi atypique : l'inspecteur Espinosa. Un homme un peu gauche, plus à l'aise avec les livres qu'avec les femmes, mais un homme déterminé, attachant et doté d'un véritable sens de la réflexion. Le silence de la pluie est, grâce à lui, un roman policier efficace. Autour de lui s'articulent d'autres personnages qui sont eux aussi bien travaillés, notamment celui de Rose qui joue un rôle déterminant concernant l'intrigue. D'ailleurs, celle-ci est originale, démêlée finement par l'auteur pour s'achever par une scène surprenante mais plausible. L'originalité est véritablement la qualité première de ce roman : on la retrouve dans les personnages, la dynamique même de l'histoire étant donné que le lecteur sait dès les premières pages les circonstances de la mort de Ricardo Carvalho, mais aussi dans la structure du texte. Ce polar est divisé en trois parties avec un changement de position du narrateur qui est tantôt externe tantôt l'inspecteur lui-même. En définitive, il s'agit d'une très belle découverte qui, je l'espère, vous donnera envie de découvrir la littérature de ce pays.

Prix : 8.70€

Points positifs :
* Les personnages
* L'intrigue

Points négatifs :
* Quelques longueurs 

02/08/2016

Shining, Stephen King



Résumé : L'hôtel Overlook est réputé pour son confort et son luxe. Pour le préserver l'hiver lors de sa fermeture annuelle, la direction a pour habitude d'engager un gardien. Cette année, c'est Jack Torrance, sa femme Wendy et son fils Danny qui vont se voir confier cette lourde tâche. Mais cette famille a une particularité. Le jeune Danny est doté d'un étrange pouvoir qui va le conduire à une tragique conclusion : l'hôtel est hanté.

Mon avis : Stephen King avait déjà conquis mon cœur avec Carrie mais je dois avouer qu'avec Shining, il explose mon baromètre de satisfaction pour atteindre la place tant convoitée d'auteur favori (place partagée avec Agatha Christie bien entendu). Depuis la série Chair de poule de mon enfance, il m'était difficile de trouver un bon roman d'horreur. J'entends par là une atmosphère pesante, angoissante sans pour autant être sanglante, dans laquelle l'auteur maîtrise totalement le lecteur. C'est finalement chose faite avec cette histoire qui retrace petit à petit la lente descente aux enfers de Jack Torrance qui emporte, à leurs dépens, sa femme et son fils. Ces personnages sont d'ailleurs travaillés avec une grande précision et il est difficile de ne pas se prendre d'affection pour le jeune Danny. Stephen King est, selon moi, le meilleur auteur pour vous torturer l'esprit. Même avec des mots simples, il parvient en un claquement de doigts à planter un décor et une intrigue qui font froid dans le dos. En définitive, un huis-clos terrifiant qu'il faut lire au moins une fois dans sa vie.

Prix : 7.90€

Points positifs :
* L'intrigue créée autour de Danny et de son don
* La psychologie des personnages
* L'atmosphère du roman

Points négatifs :
* Quelques longueurs

20/07/2016

Stupeur et tremblements, Amélie Nothomb





Résumé : Amélie Nothomb rejoint Yumimoto, une grande compagnie japonaise, dans les années 90. Elle va rapidement devoir faire face aux règles et codes de conduite bien différents qui régissent la vie d'une entreprise au pays du Soleil levant. S'en suit alors une lente descente aux enfers jusqu'à l'humiliation suprême : le rang de surveillante des toilettes.

Mon avis : Il s'agit de ma toute première lecture d'Amélie Nothomb, chaudement recommandée par mon amie Redbluemoon et il faut avouer qu'elle est de bon conseil ! Je ne suis pourtant pas particulièrement intéressée par tout ce qui touche à l'Asie mais cette autobiographie m'a paru très intéressante quoiqu'un peu caricaturale, du moins je l'espère ! Quoi qu'il en soit, l'auteur sait manier les mots à la perfection et sa plume parvient à faire transparaître sans soucis son ironie et son véritable sens de l'humour. Malgré toutes ces péripéties, elle parvient à rester neutre et ne critique en aucun cas la culture nippone, ce que je trouve remarquable étant donné la situation délicate à laquelle elle est confrontée. Je suis ravie d'avoir découvert cette auteure si atypique et je sais d'avance que bon nombre de ses livres vont rejoindre ma bibliothèque. 

Prix : 5.60€

Points positifs :
* Un sens de l'humour très présent
* La qualité de l'écriture
* Le sujet

Points négatifs :
* Un roman un peu court

28/06/2016

Mr Brown, Agatha Christie


Résumé : Tommy et Tuppence sont deux amis de longue date. Après la guerre, ils décident de s'associer pour gagner de l'argent en créant une société de détectives. Leur première mission n'est pas des plus simples : sur fond de secret d'état, ils doivent poursuivre Mr Brown. Mais personne n'est en mesure de se rappeler de lui : il ressemble à Monsieur Tout le monde.

Mon avis : Premier roman mettant en scène Tommy et Tuppence, Agatha Christie plante le décor dans une Angleterre d'après-guerre qui a du mal à se remettre en marche. Et c'est tout naturellement que pour faire face à cette situation, les deux amis deviennent détectives. Un premier point rocambolesque qui annonce tout de suite la couleur du roman : l'alliance parfaite entre enquête et humour. Si cela fonctionne aussi bien, c'est sans doute grâce aux deux personnages qu'on pourrait qualifier de duo de choc. Un Tommy plutôt gauche mais incroyablement courageux quand il le faut et une Tuppence aventurière qui n'a pas froid aux yeux. C'est donc un roman plutôt axé sur l'aventure que la réflexion dans lequel les rebondissements sont nombreux. Voilà une énième preuve qu'Agatha Christie, grâce à la subtilité de sa plume, sait tenir en haleine son lecteur de bout en bout et ce, même en l'absence du célèbre Hercule Poirot.

Prix : 5.49€

Points positifs :
* Un roman dynamique et amusant
* Des personnages attachants
* Une intrigue bien menée

Points négatifs :
* Quelques longueurs au début

17/06/2016

Ni vue ni connue, Mary Higgins Clark


Résumé : Lacey Farrell est une jeune agent immobilier ambitieuse. Son quartier de prédilection ? Manhattan. C'est justement dans ce lieu qu'elle aime tant que sa vie va basculer. Lors d'une visite d'un appartement, elle est témoin du meurtre de la propriétaire. Lacey court alors un grand danger. Elle va même jusqu'à changer son identité afin de se protéger. Mais c'est insuffisant pour empêcher le tueur de la retrouver...

Mon avis : Mary Higgins Clark fait partie des auteurs qui, selon moi, doivent se lire à petite dose pour ne pas se lasser. En effet, ses intrigues sont plus ou moins ressemblantes et j'ai donc été un peu réticente au départ. Le cliché de New York associé à un personnage principal relativement banal : très peu pour moi ! Et pourtant, ce roman est une belle surprise. Sa particularité, et c'est d'ailleurs ce qui en fait un bon polar/thriller, est que la description du tueur est connue dès le départ. Cela donne donc une dimension différente à l'enquête sans pour autant gâcher le suspens. Concernant l'écriture, Mary Higgins Clark reste fidèle à elle-même : un style sans fioritures mais efficace. On peut quand même lui reprocher un dénouement trop rapide sur fond d'histoire à l'eau de rose. Beaucoup de questions restent sans réponse, notamment sur les motivations du tueur, pourtant un des éléments clés de ce genre de roman. Bref, une lecture certes imparfaite à cause d'un schéma trop simpliste mais qui reste néanmoins idéale pour les vacances.

Prix : 6.90€

Points positifs :
* Le meurtre pour point de départ
* Un style d'écriture épuré

Points négatifs : 
* Un schéma classique et imprécis
* De nombreux clichés

15/06/2016

Le Roman de l'été, Nicolas Fargues


Résumé : À 55 ans, John a pour projet d'écrire un livre en s'inspirant de ses proches et de son vécu. Mais, sa feuille reste désespérément blanche. La raison ? Il est sans cesse dérangé. À commencer par sa fille qui décide, en plus de son petit copain, d'inviter une amie italienne pour les vacances. Sans compter sur ses voisins qui ont eux-aussi une faveur à lui demander. 

Mon avis : Première découverte de la plume de Nicolas Fargues. La plus grande qualité de ce roman est indéniablement son réalisme. Ces histoires, certes banales, qui vont finir par s'entrecroiser, sont des scènes de vie dans lesquelles le lecteur peut se retrouver et qui laissent transparaître une agréable pointe d'ironie. En quelques pages, l'auteur nous prouve que ses personnages sont intéressants, diversifiés et bien développés. L'écriture est simple et fluide malgré quelques longueurs. Néanmoins, j'ai été très déçue de la fin qui semble brute et inachevée. Je n'ai pas réellement compris où l'auteur voulait en venir en écrivant cette histoire. Dommage que cette lecture ne soit pas plus marquante. L'idée est là mais elle n'est pas aboutie. Pour autant, j'en garde un souvenir positif, notamment grâce au travail de réflexion et au tableau caricatural de la société française.

Prix : 7.10€ 

Points positifs :
* Des histoires entrecroisées 
* Le réalisme du roman
* La réflexion

Points négatifs :
* Quelques longueurs
* Une fin décevante

02/06/2016

Le Colonel Chabert, Honoré de Balzac





Résumé : Le Colonel Chabert est célèbre pour sa carrière militaire mais aussi pour la manière dont il est mort lors de la bataille d'Eylau. Enseveli vivant dans une fosse commune, il a finalement réussi à s'extirper de cet enfer. Il décide alors de retrouver son identité. En vain. Il est considéré comme un imposteur et sa veuve, désormais remariée et héritière de sa fortune, n'est pas si heureuse de le savoir de retour. 

Mon avis : Ce roman est très court. Il est donc difficile de ressentir quoi que ce soit pour les personnages. Malgré tout, Balzac parvient en un nombre réduit de pages à dessiner les contours du personnage éponyme. Sa naïveté et le sort qui s'acharne sur lui tout au long de l'histoire le rendent tout de même attachant. J'ai également apprécié la critique incisive du système judiciaire, d'autant plus intéressante que l'auteur a travaillé dans ce milieu. En découle une critique globale de la société dans laquelle l'argent et la trahison dépassent le respect et la reconnaissance. Cette scène de vie sonne tristement actuelle. De même pour la fin qui, quoi que peu recherchée, fait écho au sentiment général d'injustice qui suit inlassablement le pauvre colonel. En définitive, il s'agit d'un bon roman réaliste. Idéal pour découvrir ce mouvement littéraire et la Comédie humaine de Balzac.

Prix : 3.05€

Points positifs :
* Un personnage principal touchant
* Une vive critique de la société

Points négatifs :
* Un vocabulaire parfois complexe
* Un roman trop court

22/05/2016

Un cadeau du ciel, Cecelia Ahern


Résumé : Lou a une vie de famille parfaite mais sa priorité reste son travail. Il est prêt à tout pour gravir les échelons et obtenir une promotion, au détriment du bonheur de ses proches. Mais un jour, sa vie va basculer. Dans un élan de générosité, il décide d'offrir un poste à Gabe, un sans-abri qu'il croise tous les jours en allant au travail. Lou se rend compte très rapidement que Gabe n'est pas un homme comme les autres... 

Mon avis : En regardant cette couverture, je m'attendais à un roman redondant sans grand intérêt et je me suis bien trompée ! Comme quoi, il ne faut jamais juger un livre trop vite. L'écriture de Cecelia Ahern est épurée, fluide et non sans une pointe d'humour. À partir d'une histoire plutôt basique, elle a réussi à en dégager une importante leçon de vie. La fin est touchante et surprenante. Il s'agit tout de même d'un roman un peu plat, qui manque d'action et qui prend du temps à débuter. Personnellement, cela ne m'a pas dérangé car je trouve l'intrigue bien ficelée et les personnages sont attachants, même Lou qui se montre pourtant détestable dans la majeure partie du roman. J'ai beaucoup apprécié la morale qui m'a fait penser à un conte mais aussi le personnage de Gabe. Il représente selon moi un ange gardien qui intervient lorsque son protégé prend le mauvais chemin. D'ailleurs, à ce sujet, j'ai relevé une citation qui m'a marqué "Le chemin est plus facile à voir quand on cesse de regarder ce que font les autres et qu'on se concentre sur soi". À méditer !

Prix : 7.20€

Points positifs :
* Des personnages bien construits
* Une écriture simple et agréable
* Un véritable message transmis

Points négatifs :
* Le personnage de Lou peut déplaire 
* Un roman qui manque d'action

17/05/2016

Autour des livres #6 : PAL post-exams




En cette période difficile que sont les examens, qui n'a pas envie que tout se termine très vite pour pouvoir se plonger dans un bon bouquin ? Je vous propose aujourd'hui ma sélection de quelques titres pour décompresser après les examens. 



Allan Karlsson ne veut pas fêter son centième anniversaire et décide de s'échapper de sa maison de retraite. S'en suit une longue cavale à travers toute la Suède rythmée par de nombreuses rencontres. 

Un roman comique remarquablement bien écrit aux côtés de personnages délirants qui revisitent et tournent l'Histoire en dérision.

     

Juliet, écrivain en panne d'inspiration, va finalement avoir de quoi écrire grâce à la lettre d'un fermier originaire de Guernesey qui lui apprend l'existence d'un cercle littéraire organisés par les habitants de l'île pendant l'Occupation. La jeune femme décide alors de rendre visite à ses nouveaux amis... 

Un roman épistolaire qui lie amitié et humour dans un cadre idyllique. 




Julie est bien décidée à séduire son nouveau voisin. Elle ignore tout de lui, à l'exception de son nom qui l'amuse beaucoup. Prête à tout pour en savoir plus et découvrir ses moindres secrets, la jeune femme va prendre des risques délirants. Et vous ? Pour qui avez-vous fait le truc le plus idiot de votre vie ?

Un roman fluide et rempli d'humour. Idéal pour décompresser.




Bascom, Caroline du Sud. Claire Waverley y est réputée pour ses recettes mystérieuses. Habituée à vivre en solitaire, son train de vie va être modifié par l'arrivée de sa sœur Sidney et de sa nièce qu'elle n'a pas vu depuis plusieurs années. Le temps est alors aux aveux et aux vieux souvenirs.

Un roman doux. Idéal pour les amateurs d'histoires d'amour.




Plongez dans le quotidien des Tuvache, gérants depuis plusieurs générations d'un magasin consacré aux méthodes pour se suicider. Corde, poison, sabre : il y en a pour tous les goûts, du trouillard au colosse ! La maison ne connait qu'idées noires et tristesse jusqu'à l'arrivée du petit dernier, Allan, qui lui a la joie de vivre.

Un roman original et imprégné d'humour noir. La fin est surprenante ! 



13/05/2016

L'affaire Protheroe, Agatha Christie


Résumé : Un crime va bouleverser le quotidien des habitants du petit village de St Mary Mead. Le colonel Protheroe, impopulaire en raison de son épouvantable caractère, est assassiné d'une balle dans la tête alors qu'il attendait le pasteur au presbytère. Nombreux sont ceux qui ont souhaité sa mort et la police ne sait plus où donner de la tête tant il y a de suspects. Heureusement, grâce à sa grande capacité d'analyse et à sa curiosité, Miss Marple va jouer les détectives et faire éclater la vérité au grand jour.

Mon avis : Comme vous le savez déjà, Agatha Christie est mon auteur préféré depuis toujours et je me suis mise en tête de (re)lire chacun de ses romans. Je manque sûrement d'objectivité mais je sais qu'en ouvrant un de ses livres, il y a peu de risque que je sois déçue. Ce n'est pas pour rien qu'on la surnomme "la Reine du crime" et ce roman en est la preuve ! Bien que son angle d'attaque pour berner le lecteur quant à l'identité du coupable soit plus ou moins toujours identique, j'ai encore une fois été piégée. L'intrigue est réellement complexe et bien menée. De quoi vous faire perdre la tête ! J'aime beaucoup le personnage de Miss Marple, qui fait d'ailleurs sa première apparition dans ce roman. Plusieurs remarques sont faites ici au cours des dialogues sur le fait qu'une femme est incapable de raisonner et encore moins de résoudre un crime. Pour le coup, Jane Marple est un merveilleux outil pour affirmer la place de la femme dans cette société anglaise d'entre-deux-guerres un peu trop machiste. Quant aux autres personnages, ce sont de véritables clichés (ce qui peut déplaire à certains) mais je pense qu'il s'agit plutôt d'une critique de l'auteur sur la société qui l'entoure tant certaines scènes font parfois sourire. À prendre donc au second degré. Bref, cette enquête est la première d'une longue série résolue par Miss Marple, une saga incontournable pour les amateurs de polar et passionnés du début XXème. 

Prix : 5.49 €

Points positifs :
* La découverte du personnage de Miss Marple
* Un cadre spatio-temporel agréable
* Une intrigue bien ficelée

Points négatifs : 
* Le stéréotype concernant les personnages

23/04/2016

Meurtres pour rédemption, Karine Giébel



Résumé : Marianne, la vingtaine, meurtrière. Elle a été condamnée à perpétuité et son incapacité à contrôler sa violence ne va pas lui être favorable. Son pire ennemi ? L'univers carcéral au travers duquel elle va subir la haine, les coups, le viol. Sans espoir de fuir cet enfer, elle s'évade comme elle le peut : grâce à la drogue, aux livres et aux bruits des trains. Puis, un jour, trois policiers lui proposent un marché : tuer de nouveau pour être libre.

Mon avis : J'ai beaucoup entendu de choses positives sur ce roman et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle je l'ai acheté, outre le fait que l'intrigue est originale. Mais, en réalité, j'ai été déçue. Je trouve ce roman vraiment trop long et redondant. C'est un pavé de plus de 900 pages qui m'a tenu en haleine uniquement grâce à la qualité d'écriture de Karine Giébel qui est indéniablement talentueuse. C'est seulement vers la fin que les choses se sont concrétisées et accélérées mais le reste a été pour moi ennuyeux. Cela s'explique sûrement par le fait que je n'ai pas du tout été conquise par Marianne, le personnage principal, qui est présentée comme une victime. Certes, elle l'est à de nombreuses reprises dans ce roman mais ses accès de colère sont lassants et je n'ai pas pu faire abstraction de son passé meurtrier, malgré le cliché de la jeune orpheline qui a manqué d'amour toute son enfance. Peut-être que cette lecture, particulièrement violente, n'est pas adaptée à mon humeur actuelle. Peut-être que mon coup de cœur pour Orange is the new Black sur le milieu carcéral fait que tous les autres livres à ce sujet me paraissent mous. En tout cas, malgré mon avis mitigé, il s'agit tout de même d'une histoire particulière dont je me souviendrai car le sujet est dérangeant et dur. Je pense qu'il ne peut pas plaire à tout le monde, mais il vaut le coup d'essayer. Pour autant, si vous avez d'autres romans de Karine Giébel à me conseiller, je suis preneuse ! 

Prix : 9.30 €

Points positifs :
* La qualité d'écriture de l'auteur
* L'originalité de l'intrigue

Points négatifs : 
* Un personnage principal qui peut énerver
* Un roman long et répétitif
* De nombreux clichés

Meurtres pour rédemption, Karine Giébel



Résumé : Marianne, la vingtaine, meurtrière. Elle a été condamnée à perpétuité et son incapacité à contrôler sa violence ne va pas lui être favorable. Son pire ennemi ? L'univers carcéral au travers duquel elle va subir la haine, les coups, le viol. Sans espoir de fuir cet enfer, elle s'évade comme elle le peut : grâce à la drogue, aux livres et aux bruits des trains. Puis, un jour, trois policiers lui proposent un marché : tuer de nouveau pour être libre.

Mon avis : J'ai beaucoup entendu de choses positives sur ce roman et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle je l'ai acheté, outre le fait que l'intrigue est originale. Mais, en réalité, j'ai été déçue. Je trouve ce roman vraiment trop long et redondant. C'est un pavé de plus de 900 pages qui m'a tenu en haleine uniquement grâce à la qualité d'écriture de Karine Giébel qui est indéniablement talentueuse. C'est seulement vers la fin que les choses se sont concrétisées et accélérées mais le reste a été pour moi ennuyeux. Cela s'explique sûrement par le fait que je n'ai pas du tout été conquise par Marianne, le personnage principal, qui est présentée comme une victime. Certes, elle l'est à de nombreuses reprises dans ce roman mais ses accès de colère sont lassants et je n'ai pas pu faire abstraction de son passé meurtrier, malgré le cliché de la jeune orpheline qui a manqué d'amour toute son enfance. Peut-être que cette lecture, particulièrement violente, n'est pas adaptée à mon humeur actuelle. Peut-être que mon coup de cœur pour Orange is the new Black sur le milieu carcéral fait que tous les autres livres à ce sujet me paraissent mous. En tout cas, malgré mon avis mitigé, il s'agit tout de même d'une histoire particulière dont je me souviendrai car le sujet est dérangeant et dur. Je pense qu'il ne peut pas plaire à tout le monde, mais il vaut le coup d'essayer. Pour autant, si vous avez d'autres romans de Karine Giébel à me conseiller, je suis preneuse ! 

Prix : 9.30 €

Points positifs :
* La qualité d'écriture de l'auteur
* L'originalité de l'intrigue

Points négatifs : 
* Un personnage principal qui peut énerver
* Un roman long et répétitif
* De nombreux clichés

15/04/2016

Le Ciel perdu, Guy Paulin Bisuu


Résumé : Lorsqu'il a rencontré Charlotte pour la première fois, Stéphane en est immédiatement tombé amoureux. Jeune lycéen issu d'une famille bourgeoise du XIXe siècle, il est réputé pour sa timidité et passe souvent inaperçu. Pourtant, c'est lui que Charlotte choisira parmi les nombreux prétendants qui tentent d'attirer son attention. Malheureusement, malgré un destin qui semblait déjà tout tracé, la vie a décidé de leur faire suivre des chemins différents... 

Mon avis : Je tiens tout d'abord à remercier Guy Paulin Bisuu pour la découverte de son livre que vous pouvez retrouver ici. J'avoue ne pas être réellement attirée par les romances. En revanche, celle-ci mérite une attention particulière. Malgré quelques soucis de forme et de syntaxe, la qualité de la plume de l'auteur est palpable dès les premières lignes. Il est indéniable qu'il possède un véritable talent poétique et j'ai d'ailleurs beaucoup apprécié son vocabulaire et ses métaphores. J'ai été aussi sensible au fait que l'on ne connaît pas toutes les informations relatives aux personnages dès le début, ce qui rend le récit plus intriguant et dynamique. Par exemple, il faut attendre quelques pages avant de connaitre le prénom du personnage principal et l'époque dans laquelle il vit. Cela permet notamment de pallier le fait que le livre est très court (cent pages). C'est d'ailleurs dommage qu'il ne soit pas plus long ou tout au moins intégré dans un recueil de nouvelles car les péripéties sont trop rapides à mon goût. Les personnages sont vraiment intéressants et mériteraient plus de développement. En définitive, il s'agit d'une très belle histoire d'amour qui sort de l'ordinaire et qui souligne la pureté des sentiments. À découvrir ! 

Prix : 12 € (version numérique : 7.20 €)

Points positifs :
* Une histoire d'amour originale et touchante
* La découverte des personnages petit à petit
* La beauté de l'écriture

Points négatifs :
* Quelques problèmes de forme et de syntaxe
* Une histoire un peu trop courte


14/04/2016

Le Grand Meaulnes, Alain-Fournier


Résumé : François Seurel a quinze ans et se prépare à devenir instituteur, comme ses parents, dans la petite ville de Sainte-Agathe en Sologne. Peu de temps après la rentrée, un nouvel élève vient habiter chez eux : Augustin Meaulnes, dix-sept ans, dit "le grand Meaulnes". Sa personnalité mystérieuse et ses nombreuses aventures vont rompre la monotonie de l'école. En effet, le nouvel élève a fait la rencontre, au cours d'une étrange fête, d'une jeune fille dont il est tombé éperdument amoureux. Son seul but ? La retrouver.

Mon avis : Ce grand classique traînait depuis bien trop longtemps dans ma bibliothèque et finalement, je ne regrette absolument pas de l'avoir lu. Ce qui m'a le plus fasciné est la capacité de l'auteur à rendre captivante une situation des plus banales. Une ambiance vieillotte, des gamins en blouse d'écolier désignés pour balayer la classe chaque soir et une famille d'instituteurs vivant à la campagne. Rien de plus classique et pourtant ! Le cadre est agréable et j'ai réellement été transportée quelques siècles en arrière. Idem pour les saisons. Je trouve qu'Alain-Fournier est l'un des rares auteurs à savoir faire ressentir à son lecteur l'environnement qui l'entoure : une brise d'été, des flocons de neige, une violente tempête... Néanmoins, je peux comprendre que ce roman puisse être d'un grand ennui pour ceux qui ne sont pas adeptes des classiques, le récit étant principalement descriptif. Mais j'ai adoré osciller entre le rêve et la réalité tout au long de l'histoire aux côtés de personnages simples et attachants pour lesquels l'amitié et l'amour s'entrecroisent perpétuellement. Il n'y a qu'une chose à faire : laissez-vous tenter ! Petit conseil supplémentaire : lisez une biographie d'Alain-Fournier et vous comprendrez bien des choses...

Prix : 2.50 €

Points positifs :
* Le mélange entre rêve et réalité
* La beauté de la description
* Un roman d'amitié

Points négatifs : 
* Une lecture qui demande un certain recul
* Des descriptions parfois trop longues

02/03/2016

Ainsi vivaient nos ancêtres : de leurs coutumes à nos habitudes, Jean-Louis Beaucarnot


Résumé : Comprendre le mode de vie de nos ancêtres est essentiel pour connaître l'origine de nos coutumes. C'est ce que Jean-Louis Beaucarnot transmet ici en nous dévoilant le quotidien de ceux qui nous ont précédés, rythmé à la fois par les rites et les saisons, différent selon la classe sociale et le lieu de vie. Un simple retour aux sources, ponctué d'anecdotes, pour comprendre qui nous sommes.

Mon avis : Ce livre est une mine d'informations, et pas seulement grâce à l'enrichissante bibliographie qui s'y trouve à la fin. Découpé en quatre parties, il permet au lecteur de suivre la vie de nos ancêtres en fonction des siècles, des étapes d'une vie mais aussi du déroulement d'une année et même d'un jour. En à peine 300 pages, celui qu'on appelle le "pape de la généalogie" brasse des siècles d'Histoire et les revisite sous un jour nouveau. S'ajoute à cela une plume épurée et fluide : ce n'est donc en rien un catalogue historique ennuyeux. Les nombreuses anecdotes qui ponctuent le texte le rendent encore plus vivant et je suis certaine que vous ne pourrez pas vous empêcher de sourire en les lisant ! L'auteur cite également des ouvrages de l'époque pour illustrer ses propos, idéal pour comprendre le point de vue parfois étonnant de nos ancêtres. En définitive, c'est un livre qui, en plus d'être passionnant, permet de comprendre nos origines et plus particulièrement, nos coutumes. Un incontournable pour les passionnés d'Histoire ! 

Prix : 7.80 € (ce prix correspond à la réédition que vous pouvez trouver ici).

Points positifs :
* Des anecdotes et exemples enrichissants
* Une plume agréable à lire
* Le découpage du livre

Points négatifs :
* Des illustrations auraient été un plus
* Quelques répétitions

28/01/2016

La Voleuse de livres, Markus Zusak


Résumé : La Mort veut vous raconter une histoire et c'est dans l'Allemagne nazie qu'elle plante le décor. Liesel vit chez le couple Hubermann, sa famille d'accueil depuis l'âge de dix ans. C'est une enfant de la guerre : elle connait la sensation de faim qui tiraille le ventre, le manque d'argent, les méthodes du parti nazi et le traitement des juifs. Heureusement, Liesel a trouvé un moyen d'oublier ce fardeau : les livres.

Mon avis : Une fois le livre terminé, j'ai réalisé que, concrètement, il ne se passe rien de particulier dans ce roman. On suit l'histoire de Liesel pendant son adolescence, rythmée par des parties de football, de belles amitiés, des mauvaises expériences et des vols de livres. L'histoire est donc assez plate, quoi que bien plus dynamique vers les derniers chapitres. Néanmoins, j'ai beaucoup aimé ce roman que j'ai trouvé très beau. L'idée de recourir à la Mort pour narratrice est excellente puisque celle-ci sachant tout, le lecteur passe du présent au futur avec un retour dans le passé entre deux, ce qui fait qu'il a une vision totale des événements. Cette étrange narratrice est le cœur même du roman et cela peut paraître plus intime voire troublant lorsqu'elle s'adresse directement à son lecteur. Le cocon que constitue la vie de Liesel devient de plus en plus étroit et on prend très vite goût à ce cadre intime et émouvant. Et puis l'écriture est vraiment agréable, très pure, remplie de réflexion sur l'être humain et ses agissements. Les personnages sont très bien exploités et il est difficile de ne pas s'y attacher tant ils semblent réels. Je regrette simplement de ne pas en avoir su plus sur la mère biologique de Liesel mais ce n'est qu'un détail. Ce roman ne vous laissera pas indifférent. Ne passez pas à côté. 

Prix : 8.10 €

Points positifs :
* L'écriture et les réflexions de l'auteur
* La particularité de la narration
* La diversité des personnages
* Le cadre historique

Points négatifs :
* Le manque de dynamisme

19/01/2016

Néant, Mickaël Parisi


Résumé : Marlon est un jeune homme qui se sent en marge de la société dans laquelle il vit. Bien décidé à la quitter, il rejoint une organisation secrète qui lui offre la possibilité de maquiller sa mort. Mais commencer une nouvelle vie a un prix : Marlon doit effectuer de nombreuses tâches contraires à ses principes. Débute alors un cercle vicieux dans lequel son seul allié sera un détective privé alcoolique et sociopathe. 

Mon avis : Âmes sensibles, s'abstenir ! Ce roman est inclassable. Tiraillé entre l'horreur et le rire d'un bout à l'autre du roman, le lecteur plonge dans une description de la société qui, quoi qu'un peu trop pessimiste à mon goût, révèle néanmoins une grande part de vérité. Le style d'écriture de l'auteur est tranchant, ce qui correspond tout à fait à l'esprit même de l'histoire : je conseille donc aux amateurs de belles lettres de passer leur chemin. Marlon, lassé de la société de consommation qui l'entoure, est un personnage principal dans lequel on se retrouve. Il est donc un excellent moyen de dénonciation de certains aspects du système actuel et d'une manière incidente, des organisations terroristes. Malgré toute cette noirceur, il y a de l'humour et à mon sens, c'est principalement grâce au personnage de Grant, le détective privé dont les expressions et habitudes vont feront sourire à coup sûr ! D'ailleurs, ce roman comporte beaucoup de références à des faits divers, des scandales mondiaux ou encore des théories scientifiques, ce qui m'a poussé à faire de nombreuses recherches connexes. Idéal pour les curieux. Bien consciente que ce roman ne peut pas plaire à tout le monde, je vous le recommande tout de même vivement, ne serait-ce que pour le franc parler de l'auteur, l'originalité du sujet et les nombreux débats qu'il suscite. Merci à Mickaël Parisi pour cette agréable et surprenante découverte.

Prix Kindle : 5.99 €

Points positifs :
* Un véritable message transmis
* Le mélange horreur/humour
* L'originalité du roman

Points négatifs :
* Quelques soucis de forme (manque de dialogue, enchaînement des idées...)