27/06/2017

L'enfant multiple, Andrée Chedid


Résumé : Omar-Jo vit une enfance heureuse aux côtés de son père, musulman d'Egypte, et de sa mère, chrétienne du Liban. Puis, la guerre éclate à Beyrouth. Ses parents décèdent et victime lui-même d'une explosion, il perd son bras. Envoyé à Paris par son grand-père, il rencontre Maxime, un forain propriétaire d'un manège pour enfants. Se crée alors un lien indescriptible entre eux qui va les sauver, l'un comme l'autre.

Mon avis : Première découverte d'Andrée Chedid dont je ne connaissais que le nom. Ce que je retiens de cette histoire, qui s'apparente pour moi à un conte, c'est la puissance des sentiments. Tout d'abord, les liens du sang entre Omar-Jo et son grand-père Joseph, qui rappellent l'importance de la famille et des origines. Puis, les liens d'amitié, qui se créent par le hasard et les rencontres, entre Omar-Jo et Maxime jusqu'à devenir aussi forts que les premiers. C'est grâce à ces personnages attachants en quête du bonheur et à une écriture fluide et épurée que le message est transmis. L'être humain a besoin des autres pour avancer et se reconstruire. D'une manière différente, Omar-Jo et Maxime s'entraident jusqu'à atteindre leurs buts respectifs qui, au final, se confondent. Cette histoire émouvante l'est d'autant plus que des sujets sensibles sont évoqués : le handicap, la guerre, l'exil, la différence culturelle. Pour autant, chacune des phrases est remplie d'optimisme, d'amour et de paix. Un récit intemporel qui redonne espoir. À lire et relire à tout âge.

Prix : 3€

Points positifs :
* Un style d'écriture simple et fluide
* Un récit optimiste et touchant
* Des personnages attachants

Points négatifs :
* La maturité d'Omar-Jo semble parfois forcée pour un garçon de 12 ans

25/04/2017

Damoclès, Fatou Ndong


Résumé : Ce n'est pas chose facile d'être une adolescente afro américaine dans le Mississippi, connu pour être l'un des états les plus ségrégationnistes des Etats-Unis. Madelyn Johnson peut en témoigner. Sa vie va prendre un tout autre sens lorsque sa mère, bonne à tout faire au sein d'une riche famille de Jackson, va lui confier la lourde tâche de donner des cours particuliers à leur fils. Le fardeau des Johnson est d'autant plus pesant que le père de famille a dû fuir le Ku Klux Klan depuis plusieurs années pour éviter la peine de mort.

Mon avis : Comme toujours, mes premiers mots s'adressent à l'auteure, Fatou Ndong, que je remercie vivement pour sa confiance et la découverte de son roman. Je vous invite d'ailleurs à la découvrir via sa page Facebook. Au travers d'une écriture fluide et sans fioritures, la vie de Madelyn se trace sous nos yeux. On y découvre un combat acharné pour l'égalité des droits, des scènes de haine et de violence qui ne laissent pas insensible mais aussi de l'amour et de la bienveillance. Les personnages, très bien travaillés, se passent la parole au fil des chapitres, de sorte que l'histoire est vivante et offre une pluralité de points de vue. Je salue d'ailleurs la force de l'auteure qui est parvenue avec habileté à se plonger dans l'esprit des victimes comme des bourreaux, à bâtir une fiction sur une toile historique précise si bien qu'on croirait lire une biographie. L'effort de documentation est d'ailleurs indéniable, chaque chapitre débutant par une citation d'un discours ou d'un texte de loi. Ce roman est donc une mine d'or, tant sur le point historique que psychologique. La fin, ouverte à interprétation, peut en décevoir certains mais, au contraire, elle me donne l'espoir de poursuivre l'aventure avec Madelyn dans un second tome. En bref, un véritable coup de cœur qui, j'en suis certaine, le sera également pour vous !  

Prix : 15,90€

Points positifs :
* Une documentation historique très poussée
* La pluralité de points de vue
* Des personnages travaillés

Points négatifs :
* Un roman déconseillé aux âmes sensibles
* Une fin rapide laissant en suspens de nombreuses questions

12/03/2017

Dialogues de Bêtes, Colette




Résumé : Saucisson larmoyeur, crapaud à cœur de veau, phoque obtus... Ce sont les surnoms de Toby-Chien, jeune bull bringé aux courtes pattes et à la tête carrée, qui partage la vedette avec Kiki-la-Doucette, Chartreux fier de sa beauté et de sa pureté féline. Ils vivent avec Lui, qui a une prédilection pour son chat et Elle, qui préfère nettement son chien. À travers les yeux de ces animaux de compagnie, l'autre facette du monde des Deux-Pattes révèle bien des surprises. 

Mon avis : Dialogues de bêtes fait partie des livres qui ont rejoint ma PAL sans grande conviction, simplement par curiosité. Quand mon doigt effleure sa tranche sur les étagères de ma bibliothèque, je pousse toujours un soupir et me dis "non, plus tard". Pourtant loin d'être convaincue, j'ai finalement décidé de lui laisser une chance. Je pense que mon manque de motivation provenait du fait que je ne suis pas particulièrement enjouée à l'idée de lire une pièce de théâtre dont les personnages principaux sont des animaux. J'aime plutôt les rebondissements, les histoires dynamiques, et ces scénettes ne faisaient qu'annoncer un calme plat. Après réflexion, je pense que cette impression n'était pas la bonne car j'ai finalement passé un bon moment, notamment grâce à la plume de Colette. Sa manière d'écrire est très belle. On ressent la subtilité dans ses phrases, comme si elle avait méticuleusement choisi chacun de ses mots, et elle décrit parfaitement un lieu ou une ambiance. L'interaction entre les animaux est plutôt amusante. Leur place centrale offre un regard nouveau et original sur le monde des "humains" et si vous avez un chien ou un chat, vous vous reconnaîtrez forcément dans certaines situations. Ce n'est pas forcément un livre que je relirai mais il a le mérite de me faire replonger dans le théâtre qui est un genre que j'ai injustement délaissé. Amateurs de quiproquo et d'humour décalé, je pense que Dialogues de bêtes vous plaira.

Prix : 5.40€

Points positifs :
*Le regard offert sur la société
*L'originalité de l'histoire
*La plume de l'auteure

Points négatifs :
*Quelques longueurs 

05/02/2017

Ces fêlures par où passe la lumière, Olivier Herson



Résumé : Gilles est psychanalyste à Toulouse. Sa vie ressemble à celle de beaucoup d'autres jusqu'à ce que le destin s'empare de lui pour l'entraîner vers une lente descente aux enfers. Sa femme et sa fille partent sans explications. S'ajoute à cette peine celle de la maladie puis celle du deuil. Malgré tout, Gilles n'abandonne aucun combat et va trouver dans les bras de personnes insoupçonnées le bonheur tant attendu.

Mon avis : Avant tout, je tiens à remercier Olivier et son éditrice Agnès de m'avoir fait découvrir ce roman. Ce qui m'a tout de suite interpellé, c'est son titre et sa couverture. Croyez-moi, ils illustrent à merveille la beauté du contenu. Gilles est un personnage très touchant. J'ai pourtant tendance à être assez peu indulgente lors de mes lectures mais ici, malgré toutes les épreuves qui s'imposent à lui (et qui sont d'ailleurs si bien ficelées les unes avec les autres qu'on n'en doute pas une seule seconde), je ne me suis lassée de Gilles à aucun moment. Concernant les thèmes abordés, ils sont poignants. La rupture, l'abandon, la maladie, le deuil. Il s'agit d'un roman qui traite de la souffrance à l'état pur. C'est pour cette raison (et certainement la seule) que je vous déconseille de le lire si vous n'êtes pas en forme. À côté de cette douleur, qui fait d'ailleurs selon moi la force du roman, les moments de bonheur se font d'autant plus agréables. J'ai beaucoup aimé la manière dont l'auteur est parvenu à passer d'une situation catastrophique à une vie remplie d'espoir. C'est sûrement grâce à sa plume, qui est très fluide, pure et pleine de métaphores, qu'on se sent réellement emporté par l'histoire. Bref, c'est un véritable coup de cœur si bien que j'ai eu du mal à trouver mes mots pour vous faire partager mon avis. Ces fêlures par où passe la lumière n'attend que vous et c'est par ici

Prix : 4.99€

Points positifs :
* Le personnage de Gilles
* La beauté de l'écriture
* Les thèmes abordés

Points négatifs :
* Des passages très tristes qui peuvent décourager certains 

20/01/2017

Gatsby Le Magnifique, F. Scott Fitzgerald



Résumé : Long Island. 1920's. Gatsby, riche à millions, organise de somptueuses fêtes dans sa propriété. Il a la particularité de ne jamais s'y montrer, si bien que de nombreuses théories et légendes courent sur son compte. Qu'importe ! Gatsby n'a qu'un seul but : reconquérir Daisy qu'il n'a pas vu depuis 5 ans, mais qui est désormais mariée à Tom Buchanan. Son seul allié dans cette difficile bataille sera Nick Carraway, son voisin et cousin de Daisy.

Mon avis : Difficile de ne pas avoir entendu parler de ce roman ni même de son adaptation cinématographique avec Leonardo DiCaprio. J'ai donc volontairement attendu (un peu trop d'ailleurs) avant de le lire. Souvent cité comme l'un des grands classiques du XXe siècle, ce n'est pas tant l'histoire de Gatsby qui m'a touché mais plutôt les personnages ainsi que les liens qui se tissent entre eux. Gatsby est le cœur même de ces soirées démesurées des années 20 et chaque personne a, d'une manière ou d'une autre, une connexion avec lui. J'ai particulièrement apprécié la fin qui constitue pour moi une véritable leçon de vie en ce sens qu'il est préférable de s'entourer de peu d'amis plutôt que d'une multitude d'inconnus. Gatsby en est la preuve... Concernant l'auteur, la fluidité de sa plume, conjuguée à sa lenteur calculée, permet de décrire la folle ambiance des années 20 malgré le nombre restreint de pages. J'ai tout de même été déçue par un détail : selon les annotations de l'éditeur, Fitzgerald n'était pas très minutieux et a bâti son roman sur une série d'incohérences, notamment en ce qui concerne les lieux. Je ne connais pas suffisamment les Etats-Unis pour relever moi-même ces erreurs mais cela m'a donné l'impression que certains passages étaient bâclés. Pour autant, ce roman reste un incontournable de la littérature. Une relecture s'impose, sûrement en VO cette fois. 

Prix : 5.10€

Points positifs :
* Les relations entre les personnages
* Une véritable leçon de vie
* La plume de l'auteur

Points négatifs :
* Quelques incohérences

02/01/2017

Autour des livres #7 : Projets 2017


Je vous souhaite une très bonne année 2017. Qu'elle soit douce, pleine d'amour, de bienveillance et propice à la réalisation de vos projets. J'en profite pour vous remercier de me lire toujours aussi assidûment. Mon blog compte beaucoup pour moi et échanger avec lecteurs et auteurs a toujours été ma priorité. Pour bien commencer l'année, voici quelques projets pour LaLibrosphère.

Diversifier mes articles    
L'essentiel de mes publications concerne mes avis sur mes lectures. Beaucoup de blogueurs/euses participent à des rendez-vous hebdomadaires, des top 10, écrivent des billets d'humeur ou répondent souvent à des tags. J'ai pensé que ça peut être tout aussi intéressant de parler de livres de manière plus générale, de vous donner mon avis sur certains sujets, d'interviewer plus d'auteurs... Qu'en pensez- vous ? J'attends vos idées avec impatience ! 

Diversifier mes lectures 

Si je m'en tiens aux libellés de mon blog, je lis principalement des romans policiers et des classiques. Je n'ai pas envie de m'enfermer dans des genres particuliers et je me rends compte que si je ne tente pas autre chose, c'est souvent par peur d'être déçue. Alors, que me conseillez-vous en littérature jeunesse, YA, Chick lit, mangas, BD, romance, fantasy...?

Lire plus de livres auto-édités et de livres en VO
En fouillant dans mes archives, j'ai constaté que je n'ai lu que 2 romans auto-édités en 2016 (Néant, Mickaël Parisi et Le Ciel perdu, Guy Paulin Bisuu) et aucun en VO. L'auto-édition m'intéresse beaucoup et ça me fait toujours plaisir d'aider un auteur à se faire connaître. Quant à la lecture en VO, ça ne me fera pas de mal... Encore une fois, des romans/auteurs à me conseiller ?

Organiser un concours 
C'est une idée que je traine depuis la création du blog mais je n'ai jamais pris le temps de m'y mettre. Peut être aussi parce que je n'aime pas la manière dont la plupart sont organisés, c'est à dire qu'il y a souvent une logique de pub derrière avec les "+1 chance si tu me suis sur Twitter, Facebook...". Je respecte les blogueurs/euses qui fonctionnent comme ça bien sûr, surtout si c'est en partenariat avec une maison d'édition mais sachez que si ce projet voit le jour, il n'y aura rien de tout ça. Juste le plaisir d'offrir un livre. Des expériences à ce sujet ?

Et vous ? Des projets pour 2017 ?